Tout le monde derrière Gorgash !

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Tout le monde derrière Gorgash !

Message  Ramass'lébaf le Lun 6 Avr - 2:00

Un de ses pieds trainait près du menton, pendant au dessus de la bouche pendant que son congénère était replié dans la mâchoire. La position était inconfortable, aussi décida-t-il de faire passer sa seconde jambe par dessus cette dernière afin de trouver un meilleur appui. Il dût pour cela se raccrocher à la dent de gauche, manquant de tomber sur la langue. Curieusement, elle n'était pas baveuse ni remplie de sang. Une chose étonnante quand on sait à quoi ressemblait ses semblables jadis : une horde assoiffée de sang. Peut-être son système de nutrition était tel qu'il pouvait aspirer tout le sang de ses proies sans en perdre une goutte. Mais au contact de sa langue râpeuse, il conclut plutôt qu'elle se desséchait très rapidement.

Le fling'boy avait désormais une position que l'on pouvait qualifier de décontractée. Tout au moins, il ne semblait pas sur le qui-vive comparé aux autres membres de son escouade. Il estimait qu'être sur le qui-vive n'était pas utile puisque les évènements se déroulaient désormais quelques centaines de mètres plus en avant et quelques dizaines de mètres plus au dessus. Il ne guettait pas le moindre mouvement de ses ennemis, puisque ils étaient désormais encerclés et qu'aucun ne pouvait se sauver. Il n'avait pas non plus la prétention de devoir réfléchir à une quelconque tactique pour une quelconque raison : il laissait ça à son supérieur en rang -et en hauteur, puisque il était juché sur la tête et non pas dans la bouche du monstre.

Il leva la tête un instant. Le leader de son escouade, Sbar'not Layak, regardait le combat d'un air courroucé. Ramass'lébaf ne comprenait pas son comportement, ni celui de ceux qui s'étaient installés sur le corps de la bête. Ces derniers étaient nerveux, très nerveux. Pourtant, il n'y avait aucun danger. Bientôt, les nobs sauvages qui se trouvaient tout en haut de la colline seraient définitivement écrasés -quelles chances avaient-ils ? Les orks renégats qui se trouvaient aux environs se soumettraient à la domination de Gorgash et ils repartiraient vers de nouvelles batailles.
Il avait plusieurs fois tenté d'engager la conversation avec son supérieur, mais il semblait n'y avoir rien à en tirer. Soit il ne l'entendait pas, soit il s'en fichait complètement. La seconde solution était sans doute la meilleure, donc il n'avait pas insisté.
Son regard se reporta sur les autres fling'boys, ceux qui ne faisaient pas parti de son escouade. Certains tournaient en rond. D'autres faisaient les poches des boys à terre. Certains empilaient des caisses, des morceaux de bâtisses et autres. Sans doute espéraient-ils pouvoir former une base plus haute que la colline pour pouvoir participer à la bataille de loin. Peine perdue, selon Ramass'lébaf : une simple estimation lui avait permis de se rendre compte que pour former une base assez solide pour tirer en toute quiétude sur leurs adversaires, il faudrait empiler le village entier. Non pas qu'il soit doué en architecture, mais il avait pu observer comment on s'y prenait habituellement.

Le nombre de fling'boys à "patienter" était tout de même restreint, et il en savait la cause : beaucoup avaient sorti leurs kikoup's pour aller au combat face aux nobs. Mais son nob à lui avait été catégorique : des fling'boys, ça flingue, ça sort pas son kikoup' tant qu'il n'y était pas obligé. Il avait réfuté les argumentations de son escouade selon laquelle le fait qu'ils ne puissent pas tirer sur les nobs était en soi une obligation de sortir le kikoup'. Résultat : ils étaient ici, en train d'attendre pas si tranquillement que ça que les orks adeptes du corps à corps fassent le boulot à leur place, le tout juché sur un cadavre de monstre semi squiggoïde. Il avait accepté la situation, alors pourquoi était-il en colère ?
Un camarade de fling' donna un coup de pied rageur dans une griffe de la bête et se tordit un ongle dans la foulée. Il n' hurla pas, mais le bruit causé par le coup fit se retourner Ramass'lébaf.

"- Kes'ki s'est passé ? Demanda-t-il.
- Pollu a doné un koup dans la griff' du monstre, expliqua un autre."

Il en avait marre d'attendre. Voilà au moins une explication qu'il pouvait comprendre. Même si la patience de Ramass'lébaf était presque proverbiale, l'idée que certains puissent en manquer ne le gênait pas.
Il est un fait bien connu que les orks ne se préoccupent que rarement du pourquoi des choses, un phénomène qui se produit également lorsque un supérieur donne un ordre : on le fait non pas parce que l'on l'estime juste ou correct, mais parce que c'est un ordre. Et si on y désobéit, c'est parce que l'instinct a parlé -encore une chose admise. De ce point de vue là, Ramass'lébaf est un ork dans toute sa splendeur, capable d'obéir même aux ordre les plus farfelus. Voilà pourquoi il patientait de manière tout à fait indécente comparé à ses congénères : le nob lui avait donné l'ordre d'attendre, donc il attendait.

Mais tout le monde n'était pas comme lui. Il savait que tous les orks appréciaient la guerre à un certain degré et que la plupart étaient frustrés lorsque ils ne pouvaient y participer, comme ici. Lui-même se sentait parfois mal à l'aise en regardant ses compatriotes : en ces moments, une zone de son cerveau s'activait et il commençait à réfléchir aux raisons de l'ordre donné.

"- Mal. "

Ramass'lébaf mit du temps avant d'identifier le bruit pour ce qu'il était - un mot. Il devina ensuite qu'il était prononcé par le nob. Puis il constata que le mot n'avait pas été prononcé de manière colérique, anxieuse, joyeuse ou autre : c'était une constatation simple, dénuée de toute expression, ce qui ne collait pas du tout avec le caractère d'un nob ou d'un boy commun.
Nouveau regard vers la bataille. D'ici, rien de spécial à pouvoir constater. Il releva la tête quelque peu : il ne voyait pas ce qui clochait. Les combattants étaient toujours au même point que la dernière fois qu'il avait regardé, il n'y avait pas eu de changements, déroutes ou autres. ien à ses yeux n'indiquait qu'il se passait quelque chose de "mal".
Y avait-il une stratégie particulière qu'il ne pouvait pas déceler ? Après tout, c'était un boy qui avait analysé la situation : autrement dit, quelqu'un de beaucoup plus expérimenté que lui, vétéran de multiples batailles. Encore un regard : c'était du rentre-dedans tout à fait classique. Les boys attaquaient, les nobs encaissaient. Il y avait du tir de soutien des nobs situés derrière. Pas de stratégie à voir. Il se retourna vers le nob dans l'espoir qu'il s'expliquerait lorsque un détail lui revint en mémoire.
Les combattants étaient toujours au même point. C'était cette constatation qui clochait, le détail qui n'allait pas. Rien n'avait changé. Les boys avaient l'avantage du nombre, et de loin. Alors, que se passait-il ? Pourquoi la situation était-elle inchangée ? Sans aucun doute, les nobs adverses étaient bien plus résistants que prévu.

"- Bordel de fouasse y fout' koi nos boys ? S'emporta le nob comme pour confirmer ses pensées.
- Koi qu'y s'passe Sbar'Not ? Demanda un fling'boy derrière lui.
- R'garde moi c'boulot raté ! On é des... on é bokou, y sont peu, et ils nous batt' ! Cé koi c't histoire ?
- On va lé mater chef'. Enfin, y vont lé mater, grogna le boy en désignant d'un mouvement de la tête les boys qui s'occupaient des nobs sauvages.
- Ah oué ? Bah r'garde mieux mon gars, parske j'te dis ke c'est pas du tout kuit.
- Kelke soit la façon dont sa s'passe, on y peut rien, non ?
-Raaah, pourkoi ya k'des boys de not' koté ? S'énerva brutalement Sbar'Not. Pourkoi on a pas une armé d'nobs ? Pourkoi on a pa d'chars d'assauts pour kasser l'blocs ? Pourkoi on a pas d'kanons ou dé truks du genre ? Pourkoi c'foutu Gorgash y nous a donné kasiment rien pour mater lé sauvages ? Pourkoi EUX y z'ont dé gros chiens, dé kanons, des boit'kitus, une blok de nobs et autres ? Cé koi l'but ? Pourkoi ya pas d'élit' d'notre koté ?
Kesk'il avait dans l'krân Gorgash ? Maint'nan cé les sauvag's ki ont les meilleurs zarms ! Cé koi la... la logik la d'dans hein ? On é pas censé êt'les meilleurs hein ? On é censé 'voir le max de pertes ?
Kan ou veut gagné 'vec le moins d'pertes on sort lé moyens bordel de grots poilus à roulet' !"

Les orks de son escouade étaient tout simplement estomaqués. Non pas par la véhémence de ses propos, loin de là. Ni par le fait qu'il semblait prendre le parti des rebelles, ce qui n'était de toute façon pas le cas. En fait, aucun ork ici présent n'avait entendu un nob formuler autant de phrases interrogatives à la suite. Ni même de phrases tout court.

Ramass'lébaf jeta un coup d'oeil tout autour de lui. C'est vrai qu'il y avait pas de tanks, ni d'armes très puissantes. Les rares truks étaient restés en arrière, complètement anéantis par le barrage d'obus. C'était vrai aussi qu'un "bombard'ment d'l'espace" aurait été intelligent pour montrer la force de frappe de Gorgash. Mais maintenant qu'il y songeait un peu, il ne savait même pas s'ils en étaient capable. Les canons, il y avait encore ceux utilisés par les sauvages, mais fonctionnaient-ils encore ?
Il repéra une carcasse de véhicule pas très loin. Il semblait en état de fonctionnement : il avait juste été piétiné et quelque peu calciné. Sans doute un truk ennemi. Mais qu'est-ce qu'il fichait dans le village ? Ils avaient peut-être pas pu le sortir à temps...
Quelqu'un d'autre avait jeté un coup d'oeil dans la même direction. C'était Bagdar, celui qui avait réparé le canon laser. Il regardait successivement le véhicule en ruine, puis vers le bas. Le fling'boy ne comprenait pas son comportement. Puis à un moment leurs regards se croisèrent. Le visage de Bagdar était fendu d'un large sourire.
avatar
Ramass'lébaf

Faction : Ork
Fonction : Fling'boy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout le monde derrière Gorgash !

Message  Ramass'lébaf le Lun 6 Avr - 2:00

"- WAAAGH !!! "

Une centaine de têtes d'orks tournèrent la tête au même moment lorsque ils entendirent la cri de guerre résonner derrière eux. Une centaine de corps d'orks se bousculèrent en même temps pour laisser la place au "véhicule" qui remontait la colline à toute vitesse. Ledit véhicule était entièrement recouvert de la peau de l'une des bêtes qui avaient chargé les orks fidèles à Gorgash il y a quelques instants. La tête de la bête se situait bien entendu vers l'avant, la mâchoire ayant été courbée pour que les dents puissent empaler les orks assez fous pour rester devant. Dans la bouche, une mitrailleuse. Une autre mitrailleuse était placée sur le dos de la bête. Sur les flancs, des kikoups étaient alignés comme des faux, et des coupures dans le peau faisaient apparaître des fling's. Dans le char en lui-même, une vingtaine de fling'boys hurlaient de joie, l'adrénaline parcourait chaque fibre de leurs corps; ravis d'avoir enfin un moyen d'aller au combat. Le char improvisé grimpait désormais la colline avec la ferme intention de percuter les rangs des nobs.

La construction du char n'avait même pas pris cinq minutes. Six si on considère le temps qu'il a fallu à Bagdar pour exposer son idée. Une centaine de fling'boys s'étaient rassemblé autour de lui et ils avaient reçu l'accord des leaders nobs pour la "construction". Lesdits nobs se situaient bien sûr dans le char désormais, place d'honneur partagée avec les membres de "l'escouade mère" dont faisait partie Ramass'lébaf.
Dans la même frénésie que celle qui peut aboutir à la création des gargants, les boys s'étaient mis au travail. Un groupe pour aller chercher des mitrailleuses en état de marche, un autre pour ramasser des kikoups, un autre pour éviscérer la bête (en partie), un dernier pour préparer la carcasse du truk. Ils finirent leurs boulots respectifs dans une synchronisation assez miraculeuse et il suffit juste alors d'installer les différentes parties sur la base du véhicule avec quelques ajustements. Une minute plus tard, le tout était prêt.

Ramass'lébaf était aux commandes de la mitrailleuse placée dans la gueule de la bête. Des plaques avaient été disposées devant lui pour le protéger quelque peu des balles et il devait donc attendre l'ordre de Sbar'Not pour savoir quand tirer et où. Mais il exultait. Il aurait sans doute encore plus exulté s'il commandait le char, mais cette tâche était revenue à Bagdar. Par ailleurs, ce n'était pas une position très intéressante, puisque il suffisait de pousser l'accélérateur et de corriger quelquefois la trajectoire. Malgré sa quasi cécité due aux plaques, il pouvait imaginer les boys s'écartant de la route pour éviter de se faire empaler par les rangées de dents. Ses mains tremblaient d'excitation sur la manette et il devait se retenir de l'actionner pour ne pas faucher leurs propres alliés. La main ferme de Sbar'Not était posée sur son épaule comme un avertissement. Combien de temps fallaitil encore attendre ?
Le véhicule tangua soudain. La main du nob le lâcha et il dût se cramponner à son "siège" pour ne pas basculer en arrière. Des morceaux de tripes lui volèrent à la figure, il entendit les fling's rugir à l'unisson avec les nobs sauvages. Les plaques de fer manquaient de voler sous les impactes des balles.

"- Maint'nant !"

Mais il avait déjà compris. Enclenchant les deux manettes, il fit feu à répétition à l'aveuglette, balayant la zone devant lui de rafales de tirs sans la moindre idée de qui il visait...

Mais il n'est pas très intéressant de décrire ce qui s'est passé de son point de vue,et, si vous le permettez, je vais opter pour un point de vue aérien.

Le char fonçait en direction du tas de nobs sans heureusement faucher le moindre des leurs. Les boys situés en bas de la colline avaient presque assisté à l'assemblage et n'étaient guère surpris. Ils purent aussi avertir ceux qui se trouvaient au dessus d'eux et qui donc s'écartèrent aussi. La situation se compliqua ensuite, car l'espace devenait restreint et s'écarter était d'autant plus difficile. Certains boys furent éraflés par les kikoup's positionnés sur les flancs, même si les dégâts étaient minimes. Quant à la ligne de boys qui affrontaient les nobs, trop occupés à se battre, ils ne sentirent même pas l'approche du char et furent donc percutés en bonne et due forme.
La mitrailleuse de Ramass'lébaf rugit alors en synchronisation avec celle située au-dessus et les balles commencèrent à envahir les rangs de nobs. Elles ne firent cependant pas beaucoup de morts : celle de Ramass'lébaf était génée par le nombre de cadavres devant elle et celle du dessus avait rapidement été neutralisée par les "fling'nobs" sauvages qui avaient vu le coup venir.
Le véhicule s'enfonça dans les rangs adverses, mais pas trop. La masse était tellement compacte qu'avancer était très difficile, et le char s'arrêta après avoir laborieusement dépassé entièrement la ligne de combat. À ce moment là, l'ensemble du char et de ses occupants avaient du faire au maximum une dizaine de morts chez les nobs et à peu près autant de blessés. Le fait qu'une brèche avait désormais été ouverte en plein dans les rangs de nobs était en soi beaucoup plus importants, et les boys alliés n'hésitèrent pas à se jeter dedans, trouvant enfin un terreau pour se battre à armes égales.

Revenons à Ramass'lébaf.

La situation commençait à devenir critique. La peau de bête qui entourait le char était percée à de nombreux endroits par les armes énergétiques de ses adversaires. Un coup de pince énergétique avait même pulvérisé le moteur, condamnant définitivement le véhicule à l'arrêt. L'écran de fumée dégagé l'empêchait de voir ce qui se produisait devant. Il avait déjà abandonné la mitrailleuse et avait ressorti ses deux fling's pour tenter de repousser les assaillants. Ironiquement, c'était eux désormais qui faisaient un "ultime carré de résistance". Ils devaient à tout prix trouver un moyen de sortir de ce pétrin.
Un grand coup d'épée trancha la peau sur sa gauche et un nob jaillit en hurlant. Il en fit aussitôt sa cible mais il fut directement abattu par un des leurs. Il entendit un grand coup de pétoire, et son sauveur fut projeté en arrière, probablement mort. Jetant un coup d'oeil par la brèche, il aperçut un nob adverse armé d'un fusil à pompe. Celui-ci tira à nouveau : la balle percuta la peau de bête sans trop de dommages. Ramass'lébaf fit sortir un de ses fling's par le brèche et tira à l'aveuglette dans sa direction. Dans le vacarme, il réussit malgré tout à entendre le cri d'agonie de son adversaire. Pour le coup, il était fier de lui.
Il sentit alors que l'on tirait avec violence sur son fling'. Réagissant instinctivement, il le décrocha de son attache pour ne pas se faire arracher le bras. Tant pis pour son arme, il devra en trouver une autre. À peine avait-il eu le temps de faire ça qu'un autre nob se jeta dans le véhicule. Il se jeta sur le côté pour éviter l'impact. Fort heureusement, ce dernier ne s'intéressa pas à lui et préféra entamer le combat avec un des nobs fidèles à Gorgash.

Un coup d'oeil par la brèche lui apprit qu'il n'y avait plus guère de nobs ennemis dans les environs : les boys avaient réussi à profiter du passage du char pour déborder sur les côtés. Le changement radical de la situation le surprit : une minute avant, le char était cerné d'ennemis, maintenant il n'y en avait presque plus. Tenant son bolter à deux mains, il refit face au nob sauvage et visa sa tête. Trop occupé à se battre, il ne le remarqua même pas et se fit gentiment abbatre.

Il fallait maintenant sortir, et le plus vite possible. Le problème étant qu'il n'y avait que deux sorties de praticables : soit par dessus, soit par les brèches sur les côtés, or c'était deux positions qui menaient forcément au combat. Après une brève réflexion, il choisit de sortir par la coupure. Il ramassa une arme énergétique sur le chemin -chose qu'il n'avait pas été le seul à faire - et entreprit de se battre comme le ferait un pistolboy : une nouveauté pour lui. Il aurait aimé s'entraîner un peu avant, mais après tout, la guerre était en soi un entraînement perpétuel : un peu plus dangereux, certes...
avatar
Ramass'lébaf

Faction : Ork
Fonction : Fling'boy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout le monde derrière Gorgash !

Message  YunYun le Mer 8 Avr - 2:07

Complètement débordés suite à la faille ouverte par le char improvisé, les Nobz ne résistèrent plus bien longtemps face à la pluie de coups qui leur tombait dessus. Leur terrible et honorable résistance seraient très bientôt effacer des mémoires simplistes orks. Pourtant, ils emportèrent dans leur chute un nombre conséquent d’orks. Une rivière rouge écarlate coulait maintenant de cette petite colline. Le calme tomba tout soudain.

Il n’y avait plus aucun bruit, mise à part les lourds pas des orks pas encore au courant de la victoire. Ce silence tout relatif ne dura pas. Bientôt tous les orks de Gorgash levèrent leurs armes au ciel, tirèrent en l’air, et hurlèrent leur joie dans des cris primaires. A voir la bestialité avec laquelle ils exprimaient leur joie, et se tapaient ‘amicalement’, les combats ne semblaient pas terminé. D’ailleurs…

Un grand Nob arriva à vive allure, poussant les orks sur son passage et se tînt sur le point le plus haut qu’il eut trouvé. Y mettant toute sa voix, il cria :

- Qu’ek qu’vous foutez bande de zog ! Ramn’ez vous pour qu’on kasse leur chef !

Intrigué par cet appel, les boys suivirent, jusqu’au pied d’un long bâtiment de pierre, dont l’architecture semblait elle plus logique. Devant sa grande porte en bois se tenait le grand Nob chef de l’assaut. Tous les orks alentour tapait leur arme au sol, en poussant un bruit sourd tout autour de l’édifice.

- Waaagh ! Hurla le chef en défonçant l’entrée d’un grand coup de pied augmentique.

Derrière cette porte se dévoila une cinquantaine de boys et deux fois moins de Nob rebelles, le tout appuyé par des flings’ à un étage insoupçonné. Et tout au bout du bâtiment de pierre, le Grand Nob Rebelle, chef des sauvages, tenant fièrement un marteau energétik’ d’une main, et une pince energétik de l’autre. Il était en armure complète, parcouru d’éclairs bleutés. Il hurla son propre cri de guerre.

- Son krâne sur ma pik ! Répliqua l’officier de Gorgash.


[ En avant, tuez le Grand Nob. Pas de grobillisme. Vous avez des boyz, des nobz et le chef de l’assaut de votre coté. Acte final. ]

_________________
L'oiseau de passage
avatar
YunYun
Admin

Fonction : L'oiseau de passage

Voir le profil de l'utilisateur http://perdu.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout le monde derrière Gorgash !

Message  Gasgrakh le Mar 14 Avr - 20:37

Après le combat contre les nobz, Gasgrakh évalua rapidement son équipe :
Karga était encore en parfait état et avait encore des munitions grâce aux pillage des armuries, Drigak n’avait pas subi plus que des coupures et des hématomes,Gnirka et le nob était bien toucher, mais l’adrénaline et la morphine les tint debout alors que Trogurt était tomber dans les pommes et que Kroggar subissait de graves hémorragies.
Drigak resta avec les deux blessés et les autres partirent vers la tour.

Gasgrakh couru le plus vite possible pour rejoindre le prochain combat, le gros fling’ de Trogurt dans les mains. Ils y arrivèrent en une minute et ils virent que les orks fidèles à Gorgash perdait beaucoup « d’hommes » à cause des tireurs aux étages supérieurs. Ils décidèrent que Karga tirera sur les bâtiments, Gasgrakh sur l’infanterie à découvert et que Gnirka les couvrira.
Le nob sourit alors qu’il plaçait son nouveau jouet sur une barricade et agrippait la poignée de sa main gauche, la droite étant la pince énergétik, puis il tira. Il faucha quelques boyz malgré son imprécision et comprit soudainement pourquoi certain préférait devenir fling’boyz qu’autre chose. Il voyait les pauvres petits pistol’boyz se cacher pour éviter au balles de gros calibres jusqu'à ce qu’il entendit un petit clic et que l’arme arrêta de tirer. Il appuya une dizaine de fois sur la gâchette en espérant que ça marchera mais comprit que le gros fling’ n’avait plus de munitions.
Il abandonna Karga à son travail et rejoignit la mêlée en poussant un cri de guerre bien connut.
Il transperça un boyz, mais en se rendant compte que c’était un allié, il se recula pour éviter les représailles.
Après avoir vérifier l'identité de son ennemi, Gasgrakh chargea un nob armés pauvrement d'une hache à une main et d'un automatik. Le Kommandos le tua rapidement avant de voir un Nob beaucoup plus grand que la moyenne et armés en conséquence, qui devait sûrement être leur Boss, se situant à quelques mètres de lui. Il posa une grenade Kass'tanks entre eux, le héla en l'insultant, attendit qu'il se rapproche, pria Mork, puis fit exploser la pseudo mine.
avatar
Gasgrakh

Faction : Ork
Fonction : Nob Kommando, jégorge é j'me plank ossi

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout le monde derrière Gorgash !

Message  Ramass'lébaf le Dim 19 Avr - 7:52

"- Ouille ! "

Le contact peu délicat du pied d'un ork avec la tête de Ramass'lébaf lui arracha un cri en même temps qu'il le sortit de sa torpeur. Ses yeux s'ouvrirent et il s'aperçut qu'il était affalé sur le ventre : le précédent ork lui avait directement marché sur la tête, le prenant pour un mort. Il resta dans cette position quelques instants, en espérant que les éclairs qui parcouraient le ciel et qu'il savait n'être que le fruit de sa vision défaillante du moment finiraient par cesser. Ses muscles étaient ankylosés et il se demanda pendant combien de temps il était resté dans cette position absolument inconfortable. Il sentait le contact dur avec l'arme énergétique juste en dessous de lui : elle avait défailli entre ses mains comme si elle refusait de fonctionner. Une chance qu'elle ne soit plus "fonctionnelle", faute de quoi il se serait peu-être lui-même découpé en s'appuyant dessus.

Lentement, il remit ses différentes articulations en marche : il eut l'impression de les entendre grincer comme si elles protestaient. Cette idée lui arracha une grimace : il était un ork, bon sang, ce n'était pas quelques temps couchés au sol qui allaient pouvoir le figer sur place, si ?
Quelque chose clochait : il souffrait le martyr en tout point de son corps. Comme s'il avait été battu par... disons par une énorme pince de fer chauffé à blanc, pour tenir compte de l'endurance des orks. Il se sentit un peu honteux, mais il parvint à se remettre debout en l'ignorant, et il se permit un léger sourire. Observant ses bras, il comprit ce qui s'était passé : des tonnes et des tonnes d'empreintes de pas le recouvraient, et il était persuadé qu'il en était de même pour son dos et ses jambes. Finalement, ce n'était pas un quelconque manque d'endurance qui avait provoqué sa douleur. Il se sentit directement mieux.

Un coup d'oeil en avant lui montra l'ork qui lui avait piétiné la tête. Celui-ci courait à la traîne d'un grand groupe d'orks qui semblaient converger vers une bâtisse en pierre. Il était étrange que cette bâtisse ait survécu alors que toutes les autres huttes avaient été dévastées. Sans doute avait-elle été jugée trop solide pour que l'on se prenne la peine de la détruire convenablement alors que des affaires plus immédiates requéraient leur attention.
Le fling'boy jura un coup. De toute évidence, briser la carré des nobs n'avait pas suffi à marquer le coup final de la guerre. Bon sang, mais ces boys sauvages ne comprenaient rien à rien ou quoi ? C'était pourtant clair : l'armée de Gorgash était la meilleure, quoi ! Il avait peine à croire que des orks puissent être têtus à ce point. La perspective de mourir pour une bonne bagarre ne lui était pas incompréhensible; celle de mourir pour des idéaux lui demandait déjà plus de réflexion, mais il avait compris que l'idée générale était qu'au final, l'idéal défendu gagne. Mais là, c'était quoi ? Cela ressemblait à de l'idéal, mais ça n'en était pas, puisque ils allaient crever et point barre, fini la rébellion. Ils espéraient que d'autres orks allaient se révolter ? Quelle idée. Enfin, après tout, des crétins pareils méritaient de mourir.

Avant tout, il fit une rapide observation de son matériel : il lui manquait toujours son fling' de droite, son chargeur était presque vide, il n'avait pas d'armes de contact. La situation ne s'annonçait pas très bien.
Il remédia à son problème de chargeur en empruntant les munitions dans un fling' à sa portée. Le souci du fling' était plus épineux, car il lui fallait retrouver son autre fling' dans le tas : en effet, aucun autre fling' n'avait la possibilité de s'accrocher à ses bracelets comme il le faisait. Il aperçut un fling' customisé dans les mains d'un nob mort et décida de l'emprunter aussi. Après tout, même s'il faudrait le rendre aux nobs à la fin de la bataille, il avait le droite de s'en servir maintenant.
Il observa les munition du fling' : elles étaient plus épaisses que les siennes, mais il y en avait assez pour ne pas devoir les remplacer par d'autres. Après constat, il vit que le fling' n'était pas prévu pour tirer des rafales, plutôt du coup par coup. Il fer avec. Après tout, il était suffisamment bien équilibré pour qu'il puisse le tenir d'une seule main, il aurait son fling' à côté.

Enfin prêt, il se dirigea en clopinant quelque peu vers le bâtiment. Beaucoup d'orks s'étaient rassemblés -le plus possible, visiblement- et formaient un arc de cercle autour d'un grand nob. Au moment où il arrivait à la lisière de l'arc de cercle, ce dernier pulvérisait la grande porte d'un coup de pied bien placé.
Derrière se trouvait un nob très bien équipé qui lui apparut être le chef de la bande. Il disposait d'une escorte digne de quelqu'un de son rang : environ cinquante boys, une vingtaine de nobs, et une floppée de fling'boys pour protéger le tout à l'étage. Un détail lui apparut : tout digne ork qu'il était, sa position lui assurait aussi la mort la plus digne qui soit : encerclé par ses adversaires, le dernier à tomber, après toute son escorte.
Même si son armement très évolué aurait dû le porter au coeur des combats, et non pas à se terrer comme un snot. Pour le coup, il trouvait que le big boss manquait de courage. Pleutre serait aussi un bon mot pour le désigner.

" -Son krâne sur ma pik ! " Hurla le chef nob du camp de Gorgash en désignant le big boss rebelle.

Les boys se ruèrent dans la bâtisse en poussant le célèbre cri de guerre. Aussitôt, les fling's adverses rugirent pour couvrir les sauvages. Une première vague fut clouée au sol, mais la seconde pénétra dans la bâtisse et parvint à engager le combat, obligeant les fling'boys à se reporter sur d'autres arrivants.
Ramass'lébaf était resté en arrière. Le fiasco de son précédent corps à corps lui avait appris qu'il ne fallait pas s'y engager sans nécessité absolue. Par ailleurs, il n'avait pas pris d'armes de contact et préféra se familiariser avec son nouveau fling'.
Sa puissance de feu l'étonna. Même lorsque les munitions ne faisaient que frôler leurs cibles, elles explosaient et tuaient bien souvent cette dernière. Mais il lui trouva rapidement deux défauts : une cadence de tir moins élevée et un recul très important, plus que celui de ses fling's habituels.
L'arme qu'il tenait à sa main n'était pas faite pour briser les foules. Elle ne servait pas pour les grandes batailles. Son but serait plutôt d'abattre avec sûreté plusieurs cibles, en dépit de leurs armures et de leur puissance. C'était...

... C'était une arme pour tuer le Big Boss.

Ramass'lébaf sourit. Il tenait peut-être à sa chance de se tailler un rang dans l'armée des orks. Tuer le chef serait un bel exploit, et il serait sûrement récompensé pour cet acte. Peut-être détiendrais-il enfin la moto ork dont il rêvait et pourrait-il rejoindre leurs escadrons. Et même si on ne le félicitait pas, ce serait un acte sont il tirerait une grande fierté.
Une grosse explosion le tira de sa rêverie. Il scruta le petit champ de bataille, mais à sa vue il ne s'était rien passé. Pourtant, il aurait juré que l'explosion venait de devant. Une incongruité qu'il lui faudrait tirer au clair.

Il décida de porter sa chance un peu plus en avant et se rua vers la porte afin de se tailler une place dans la bagarre. Après tout, s'il lui fallait atteindre le big boss, attendre qu'il sorte comme un grand était un peu risible.
La plupart des combattants ennemis étaient aux prises avec au moins un ou deux boys de Gorgash. Le commandant nob était en ce moment aux prises avec deux autres nobs et faisait virevolter un énorme marteau pour éviter de se faire directement encercler. Le Big Boss n'était pas dans son champ de vision, aussi prit-il pour cible l'un des nobs qui menaçait son supérieur. Il fit porter son fling' normal dans sa main gauche et tint un feu nourri sur les fling'boys d'en haut pendant qu'il visait comme il pouvait avec le fling' custom. Après quelques hésitations, il put enfin décocher un tir relativement précis qui fit exploser l'entrejambe d'un des nobs. S'il n'avait pas cherché à viser la tête, il aurait été content de son tir.
Néanmoins, le coup était efficace et son chef en tira vite profit pour défoncer son crâne d'un violent coup de marteau avant de reporter son attention sur l'autre nob. Cependant, une "escouade" de nobs sauvages se tailla un chemin vers lui. Sans doute leur idée était de casser le moral des fidèles en tuant le commandant de l'assaut, ou bien estimait-il qu'il ferait un bon adversaire après tout. Ramass'lébaf n'hésita pas et tira sans prendre la peine de viser dans le tas. Un hurlement et une gerbe de sang lui confirmèrent qu'il avait bien touché.

À ce moment-là, quelques balles sifflèrent en sa direction et il comprit que les fling'boys adverses n'appréciaient pas qu'il y ait un tireur ennemi dans le tas. Si Ramass'lébaf avait pris le temps d'étudier la situation, il aurait comprit qu'aucun fling'boy ne s'était donné la peine de le suivre et qu'ils préféraient tirer en sécurité de dehors, là où ils avaient de toute manière un léger champ de vision.
Ramass'lébaf passa la minute suivante à sauter dans des direction aléatoires pour éviter le feu nourri en sa direction. La situation se compliqua largement lorsque les boys s'aperçurent qu'il était la cible et s'écartèrent de lui : il eut droit à une balle dans sa jambe gauche et plusieurs nouvelles éraflures dans son dos. Fort heureusement, les balles n'étaient pas explosives, mais elles le gênaient.
Pour reprendre une vieille expression, il crut sa dernière heure arrivée.
Le feu nourri s'arrêta brusquement en même temps qu'un Clong ! résonna. Le fling'boy vit qu'un objet rond avait percuté le sol, et en levant la tête, il vit qu'un morceau du toit avait été "découpé", sans doute par une arme énergétique. Plusieurs orks fidèles passaient par le trou ét soumettaient les fling's boys stupéfaits à leurs propres tirs.
Cette bataille fut vite pliée.


Dernière édition par Ramass'lébaf le Dim 19 Avr - 8:50, édité 1 fois
avatar
Ramass'lébaf

Faction : Ork
Fonction : Fling'boy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout le monde derrière Gorgash !

Message  Ramass'lébaf le Dim 19 Avr - 7:53

ATTENTION C'EST LA DEUXIEME PARTIE DE MON POST !!!

Ramass'lébaf se reposait dans un coin du bâtiment, le fling' custom relevé en cas de besoin. Il n'avait pas oublié la mission qu'il s'était donnée, tuer le big boss. Mais son état était déplorable, il lui faudrait sans doute des soins importants. Quoique...
Il examina sa blessure à la jambe. La blessure n'était pas très profonde. Il s'en étonna, puis pressa quelque peu ses muscles. La balle sortir, à sa grande surprise. Avec une gerbe de sang, évidemment. Et un nouvel accès de douleur. Il avait dû faire une bêtise, mais en même comment la balle était-elle sortie ? De ce qu'il avait pu voir, les balles, on les sortait à la pince ou on tranchait le membre. Enfin, l'important était qu'elle soit sortie.

Il regarda la bataille. Une curieuse scène se profilait : un ork fidèle insultait... le big boss adverse. Ainsi, celui-ci prenait part au combat. Une bonne chose. Sur le moment, il pensa qu'il se présentait à lui juste pour lui laisser la possibilité de le tuer.
Le big boss lui faisait face, d'un certaine manière. Il se trouvait derrière l'ork -qu'il identifia comme étant un kommando- et avait un gros plan sur ses émotions. Il lui parut fou, même si le terme est bizarre à employer venant d'un ork. Plusieurs filets de baves coulaient à sa bouche, il agitait ses bras comme pour chasser des squigs. Puis, dans un hurlement de rage, il s'avança vers le kommando. Ramass'lébaf leva son gros fling' par réflexe. Le big boss hésita un instant. Ainsi, sa vision n'était pas obnubilé par l'ork qui l'avait provoqué. Une drôle de pensée agita l'ork : le kommando ne devait sans doute pas comprendre la scène et l'interprétait de son propre point de vue.
Le big boss se remit à avancer : après tout, son armure était très grosse et les balles ne pourraient pas la percer, devait-il penser. Ramassl'bébaf prit le peine de bien viser la tête : il ne devait pas louper son coup. Mais avant qu'il ne puisse tirer, le kommando prit son propre fling' et tira... par terre.

De nouveau, une explosion. Un joli panache de fumée cacha la scène à Ramass'lébaf. L'ork s'était jeté en arrière, manquant de lui tomber dessus. Le fling'boy se demanda un instant ce qui avait pu provoquer l'explosion. On aurait dit une grenade, sauf qu'il n'avait pas lancé de grenade, il avait tiré ? Bon, réfléchir au phénomène ne faisait pas avancer le Schmilblick, il préféra se demander si l'explosion avait bel et bien tué le big boss.
Il eut rapidement sa réponse : ce dernier sortit de l'écran de fumée en poussant de nouveau un cri de guerre et se jeta sur le kommando, épée énergétique en avant. Ce dernier bondit par réflexe sur le côté et son épée heurta les jambes de l'ennemi, le déstabilisant. Ramass'lébaf ne manqua pas l'occasion et fit feu en visant plein ventre... et fit mouche.
L'armure encaissa la majeure partie du choc, mais elle se contorsionna sous celui-ci et rentra profondément dans le torse de l'ork. Il se mit à cracher du sang et s'affala de tout son long sur Ramass'lébaf. Ce dernier eut alors droit à un très gros plan de la figure de son ennemi : il se rendit alors compte que l'explosion l'avait sérieusement amochée : sa peau était couverte de sang, ses yeux étaient révulsés et l'un d'eux était entièrement rouge : il devait être momentanément aveugle.
Le big boss écrasait Ramass'lébaf de tout son poids, le contact de l'armure énergétique lui lançait des décharges électriques dans tout le corps et il voyait même des éclairs défiler devant ses yeux. Il s'estimait cependant heureux que l'arme énergétique, elle, ait transpercée le mur derrière lui en frôlant tout juste sa peau. Le big boss ne donnait pas l'impression de pouvoir se relever, mais sa bouche ne cessait de s'ouvrir et de se refermer comme s'il voulait mordre et le fling'boy eut clairement l'impression qu'il ne pourrait pas survivre bien longtemps dans cette situation.

Il entendit alors un énorme bruit de hache et les yeux du Big Boss finirent par s'éteindre. Du coin de l'oeil, il vit que le chef Nob l'avait achevé. Il pensa que son calvaire était fini, mais personne ne donna l'impression de vouloir dégager le corps.
La salle était en liesse. De toute évidence, les autres combats étaient terminés. Les orks hurlaient leur joie, se congratulaient, et le fling'boy pouvait même imaginer les orks se tapant dans les mains et autres joyeusetés. Mais dans l'affaire, tout le monde oubliait qu'il y avait un pauvre fling'boy d'écrasé. Rassemblant ses forces, il parvint à dégager un bras, à le remuer quelque peu et à murmurer un faible "hep".
Si les orks n'avaient sans doute pas entendu le son, ils avaient remarqué le bras bouger. En tout cas, les cris de joie s'estompèrent un à un, et le silence remplit la salle. Puis les orks éclatèrent de rire devant le spectacle grotesque. Il comprenait : au plus haut instant de gloire, voir une telle scène devait paraître bien comique.
Finalement, le chef nob en personne se chargea de dégager le corps t il put enfin se relever en soupirant d'aise, ce qui ne calma pas du tout les rires. Au contraires, les orks étaient secoués d'un fou rire, et chacun tint à donner une légère tape sur l'épaule de Ramass'lébaf. Ce dernier aurait bien aimé que l'on ne retienne pas ça de lui : il avait fait partie de l'équipage du char monstrueux qui avait changé le cours de la bataille, il avait contribué à la mort du big Boss, et maintenant, tout ce que l'on allait retenir de lui, c'était qu'il avait failli mourir écrasé sous la masse de ce dernier. Et de son côté, il était sûr que l'on allait retenir l'autre kommando pour ce qu'il avait fait. D'ailleurs, ce dernier s'éclipsait, lui aussi sourire aux lèvres, même s'il ne riait pas à gorge déployée.

"Krétin.", pensa Ramass'lébaf.
avatar
Ramass'lébaf

Faction : Ork
Fonction : Fling'boy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout le monde derrière Gorgash !

Message  YunYun le Mar 21 Avr - 11:03

C’était fini. De nombreux coups de feu résonnaient encore par-dessus le tumulte des centaines de cris bestiaux célébrant tous la victoire durement acquise. Victoire totalement majeure, du moins d’un point de vue ork. Du coté des sauvages, il n’y avait aucun survivant. Aucun n’auraient jamais pu échapper aux centaines d’ork loyaliste à Gorgash encerclant le village. Du coté de celui-ci, les pertes étaient monstrueusement élevées. Beaucoup plus qu’elles n’auraient dû l’être si Gorgash avait concédé accordé l’équipement et le soutien adéquat à une attaque pareille. Qu’importe, qui se soucierait jamais de ces pertes là, une victoire est une victoire, une bonne baston, une bonne baston.

Le village fut méthodiquement incendié, avant de subir un tir de rokettes balancé depuis l’orbite. Bah ! Quel ork se demanderait pourquoi. Tous étaient trop occupés à noyer leur allégresse dans du vin ou de la viande fraîchement pillée, ou justement, à piller. D’autres, étaient au cœur des célébrations. Ce fut le cas de nombreux Nobz, quelques boys, un kommando du nom de Gasgrakh, qui avait attiré l’attention de quelques Nobz, et un simple fling’boy dont on célébrait l’incroyable chance. Celui s’en serait bien passé, après tout, il avait autant servi à la mise à mort du Boss que le kommando. Il ne l’avait pas encore vu de cet œil, mais au moins dorénavant, son nom était connu.

De nombreuses heures plus tard, à la nuit tombée, après leur festin, les orks embarquèrent dans des navettes de transport. La joie avait été remplacé par l’impatience du prochain combat, et les orks allaient rejoindre en vitesse Gand, leur monde capitale pour un redéploiement. Gorgash ne voulait pas perdre de temps. Le soulèvement était venu, l’amas revenait de droit à ses orks, et ils s’assureraient que cela soit le cas. La guerre s’étendait de plus en plus…

- Ils f’ront une bonne base pour la Waaagh de Gorgash, murmura le Grand Nob chef de l’expédition en jetant un dernier regard et un sourire aux orks dans les navettes.

[ Fin de la mission. Bravo à vous. Vous pouvez allez vous choisir une autre mission sur Gand, mais j’vous conseille d’attendre un peu que je post les deux nouvelles. ]

_________________
L'oiseau de passage
avatar
YunYun
Admin

Fonction : L'oiseau de passage

Voir le profil de l'utilisateur http://perdu.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tout le monde derrière Gorgash !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum